Résidence Nine Million Witches

Le groupe Nine Million Witches viendra en résidence aux ateliers Art Plume le lundi 22 et mardi 23 juin pour travailler son jeu de scène et se préparer aux concerts qu’il donnera lors des festivals d’été (Art’zimutés, Chauffer dans la Noirceur, Au Son d’Euh Lo).

Nine Million Witches (9MW), c’est avant tout une histoire de rock’n’roll, le vrai, celui dont l’énergie primitive et sexuelle met en alerte nos zones pelviennes. Il s’agit aussi d’une histoire de sang, celui qui coule dans les veines des frères Landeau, Damien (chant/guitare) et Ludovic (batterie). Le premier se porte garant des riffs gorgés de fuzz rocailleuse et des mélodies obsédantes, tandis que le second alimente la fournaise de groove atomique et de puissance brute. Entre stoner rock, heavy blues et néo rockabilly, le premier EP de 9MW, mixé par Guillaume Doussaud (Swan Sound Studio), marque de son emprunte sonique les débuts d’une rock story qui s’annonce aussi longue que sauvage. (L.Egraz)

http://www.9mw.fr

Christian Larsonneur

L’atelier de Mr Larsène

image-4

Christian Larsonneur (de la cie Larsène Connection) est en résidence dans nos ateliers, du 13 octobre au 15 novembre, pour une étape qui concerne l’élaboration de sa prochaine création L’atelier de Mr Larsène. Du théâtre visuel ou la visite théâtralisée d’un cabinet de curiosités qualifié de clou-nesque.

Un projet, à la croisé des arts plastiques et du spectacle vivant, auquel tient particulièrement l’artiste puisqu’il y travaille depuis 12 ans.

L’atelier de Mr Larsène

Mr Larsène, un charpentier à la retraite, féru de la bricole et du rafistolage, a décidé d’ouvrir les portes de son atelier. Aidé par son jeune frère Arsène Larsène, il souhaite faire découvrir son trésor, depuis longtemps caché dans un cabanon qu’il nomme la clouthèque.

On y retrouve une étonnante galerie de scénettes, des tranches de vie d’une communauté de clous. Des clous facétieux et inventifs qui ont ouverts les yeux pour prendre vie et s’affranchir de leur condition d’attaches et de fixations. Adaptés à l’environnement de l’atelier ils s’approprient, utilisent et détournent ce qu’ils y trouvent.

C’est à un véritable parcours de découvertes que le spectateur est convié, comme s’il pénétrait dans un grenier, avec son lot de mystères, d’apparitions et de surprises!

Un univers fantaisiste où le temps s’étire et qui convoque chez tout un chacun ses propres souvenirs d’enfant.

La réalisation du projet, découpée en 4 étapes de travail, a débuté avec une première résidence à Surgères (17). La réalisation d’éléments de décors et un travail sur la scénographie fera l’objet de cette 2ème résidence à Art Plume. Les 2 suivantes, qui concerneront la mise en lumière et la mise en scène, sont prévues en Poitou Charentes avant la sortie officielle du spectacle courant 2015.

Vendredi 14 dès 18h et Samedi 15 Novembre de 17h30 à 19h, aux Ateliers Art Plume, une présentation publique permettra de découvrir l’état d’avancée du projet.

www.larsonneur.wix.com/larsonneur

Compagnie de l’Oreille Arrachée

En résidence au sein des Ateliers Art Plume, pour la création de leur spectacle L’ultime goutte, du 8 au 12 décembre 2014.

L’ultime goutte

image-2Un homme marche dans la ville vivante et vibrante, frénétique et oppressante. Tout à coup, tout s’arrête: plus de son, plus de lumière, plus d’images, plus rien. Contraint de tout abandonner, il part en quête de lui-même et de son prochain, en quête de bonheur et d’absolu. Réduit tout d’abord au primitivisme, ce Diogène des temps modernes sort ensuite de son tonneau, de sa bulle, et rencontre son alter ego musicien. Ensemble ils partent glaner de la matière pour redémarrer. Grâce à ces mots et ces sons, ils pourront survivre, construire un nouveau monde.

Qui sont-ils? Auto-stoppeurs en déroute, poètes haïkistes en pleine compétition osmotique avec Dame Nature, bouilleurs de cru bonimenteurs de foire, crieurs publics esseulés, omniscients professeurs-spécialistes-experts-scientifiques? Ils sont simplement des humains, dans toute leur sensibilité, leur fragilité, leurs doutes et leurs errances.

 

L’ultime goutte, c’est la dernière goutte de pétrole, c’est la condensation du souffle musical, la cristallisation du mot absolu, la quête de la quintessence de la vie, c’est la goutte de sueur du marcheur, la goutte de sang du travailleur sacrifié…et pourquoi pas la première goutte de calva pour rallumer la chaudière?

Compagnie de l’Oreille arrachée

En résidence au sein des Ateliers Art Plume, pour la création de leur spectacle L’ultime goutte, du 8 au 12 décembre 2014.

L’ultime goutte

image-2Un homme marche dans la ville vivante et vibrante, frénétique et oppressante. Tout à coup, tout s’arrête: plus de son, plus de lumière, plus d’images, plus rien. Contraint de tout abandonner, il part en quête de lui-même et de son prochain, en quête de bonheur et d’absolu. Réduit tout d’abord au primitivisme, ce Diogène des temps modernes sort ensuite de son tonneau, de sa bulle, et rencontre son alter ego musicien. Ensemble ils partent glaner de la matière pour redémarrer. Grâce à ces mots et ces sons, ils pourront survivre, construire un nouveau monde.

Qui sont-ils? Auto-stoppeurs en déroute, poètes haïkistes en pleine compétition osmotique avec Dame Nature, bouilleurs de cru bonimenteurs de foire, crieurs publics esseulés, omniscients professeurs-spécialistes-experts-scientifiques? Ils sont simplement des humains, dans toute leur sensibilité, leur fragilité, leurs doutes et leurs errances.

 

L’ultime goutte, c’est la dernière goutte de pétrole, c’est la condensation du souffle musical, la cristallisation du mot absolu, la quête de la quintessence de la vie, c’est la goutte de sueur du marcheur, la goutte de sang du travailleur sacrifié…et pourquoi pas la première goutte de calva pour rallumer la chaudière?